Dossier "La sécurité à tout prix ?"

, par  ACAT

Alors que la ruée vers le "tout sécuritaire" se généralise et que la France est sous état d’urgence depuis 15 mois, l’ACAT ouvre le débat sur le juste équilibre entre exigence de sécurité et respect des droits et libertés.

Face à la montée de la menace terroriste, la ruée vers le "tout sécuritaire" s’est généralisée. Certes, la sécurité est un droit et une exigence, que l’ACAT ne remet pas en question. Néanmoins, les pouvoirs publics semblent en faire une priorité qui éclipse les autres droits, en s’appuyant sur une instrumentalisation de la peur, comme si la fin justifiait les moyens. Tant pis si les dérives de ce "tout sécuritaire" sont nombreuses : banalisation des mesures d’exception, atteintes aux libertés et aux droits, à la vie privée et à la présomption d’innocence. La sécurité est un droit, mais doit-elle prévaloir sur les autres droits fondamentaux ? Ne faut-il pas, au contraire, trouver le juste équilibre entre exigence de sécurité et respect des droits et libertés ? Ce dossier du Courrier de l’ACAT propose plusieurs pistes de réflexion afin d’ouvrir le débat, dans un contexte où le discours sécuritaire est érigé en pensée unique.